Le langage stimulé par la musique

Les parents qui ont des enfants d’âge préscolaire se posent souvent bien des questions sur les futurs apprentissages de leurs enfants et sur comment bien les préparer. D’un côté, ils recherchent des informations sur le projet éducatif des écoles, s’informent sur des activités à faire avec eux pour les stimuler, recherchent sur la psychologie positive pour les encourager à s’épanouir…

D’un autre côté, certains parents s’inquiètent des capacités d’attention, des habiletés motrices et langagières de leur progéniture. Eh bien, bonne nouvelle ! La musique est une activité éducative qui peut aussi bien préparer les apprentissages, favoriser les émotions positives, améliorer les capacités d’attention et stimuler les habiletés langagières.

Qu’un enfant présente des signes précurseurs de difficultés de langage ou non, la musique, et particulièrement le rythme, pratiquée à la maison, à l’école ou au CPE, aide à le stimuler. Pour le jeune enfant, faire de la musique dans un contexte social et d’imitation sollicite l’attention, la synchronisation, l’écoute ainsi que sa capacité à jouer. De plus en plus d’études le démontrent; la musique et le langage partagent des caractéristiques communes qui sont traitées de façon similaire par le cerveau. Les deux domaines nécessitent un traitement précis de la hauteur des sons, du timbre et du tempo. Des études récentes en neuroscience cognitive, comme celle de Michel Habib, de l’Université de Marseille en France et de ses collègues, démontrent que la pratique musicale peut aider les enfants dyslexiques à améliorer leur capacité de lecture malgré leurs difficultés langagières. Tous les paramètres du son mentionnés ci-haut peuvent être travaillés ; toutefois, le rythme et la dimension temporelle en particulier qui semble être le plus utile lorsque l’on veut stimuler le langage d’un enfant.

Par exemple, il est possible d’apprendre le rythme musical en travaillant la pulsation avec l’enfant. Voici un exercice intéressant que vous pouvez  reproduire à la maison, à l’école, ou en CPE :

Placez quatre chaises ou coussins en ligne droite, l’une à côté de l’autre. Chaque chaise représente une pulsation dans une mesure à quatre temps. D’abord, frappez les pulsations avec les mains, en tempo régulier et déplacez-vous derrière les chaises. Demandez à l’enfant de vous suivre lorsque vous avez terminé les quatre pulsations et ainsi de suite, chacun son tour. Ensuite, l’enfant peut s’asseoir sur les chaises en suivant votre tempo ou inversement. Enfin, ajoutez une musique, chantez une chanson en même temps ou frappez les pulsations avec un instrument de percussion. Cette façon de travailler est inclusive pour tous les enfants, incluant ceux qui pourraient avoir des difficultés de langage, de la dyslexie ou des difficultés motrices.

Heikkila, E. & Knight, A. (2012). Inclusive Music Teaching Strategies for elementary-Age Children with Developmental Dyslexia. Music Educators Journal 99(1). 54-59. doi:10.1177/002743.

Habib, M., Lardy, C., Desiles, T., Commeiras, C., Chobert, J. & Besson, M. (2016). Music and Dyslexia : A New Musical Training Method to Improve Reading and Related Disorders. Frontiers in Psychology. doi: 10.3389/fpsyg.2016.00026.

Vous êtes curieux et souhaitez faire bénéficier les enfants des aspects positifs de la musique ? Mazaam vous propose deux solutions :

Écrivez-nous