Entrevue avec le professeur Jonathan Bolduc sur l’enseignement de la musique

Comment décrirais-tu ton métier de professeur ?

Je dirais d’abord que c’est un métier passionnant, créatif et, surtout, non routinier. Je ne cacherais pas non plus que c’est un métier exigeant qui demande beaucoup d’engagements. Dans son ensemble, le travail d’un professeur universitaire se décline en trois composantes. La première consiste à la recherche. Dans mon cas, c’est la recherche faite « sur le terrain » qui m’interpelle. D’ailleurs, la mission de ma Chaire de recherche du Canada est d’assurer un transfert efficace des connaissances pour valoriser la place qui doit être accordée à l’éducation dans notre société. La deuxième composante correspond à l’enseignement. Actuellement, je donne des cours à tous les cycles universitaires. Je suis responsable d’un cours sur les fondements psychopédagogiques de l’éducation musicale, d’un cours sur la pédagogie Orff et j’interviens lors des séminaires de maîtrise et de doctorat en éducation musicale. En outre, je suis aussi activement engagé dans la formation continue des enseignants. J’ai établi des partenariats avec plus de 25 commissions scolaires au cours des cinq dernières années. Enfin, la troisième composante est le service à la communauté. J’agis actuellement à titre de directeur du programme de premier cycle en enseignement de la musique et de directeur de la maîtrise professionnelle en éducation musicale. Je siège sur différents conseils administratifs afin de valoriser les activités musicales scolaires et parascolaires au Québec. 

Est-ce que l’enseignement de la musique a toujours été une passion ?

J’ai su rapidement, dès la fin de mon primaire, que je serais professeur de musique. Les études que j’ai entreprises par la suite, du secondaire jusqu’au postdoctorat, n’ont fait que confirmer cette passion que j’avais pour la musique lorsque j’étais enfant. À ce jour, je demeure un mordu de la pédagogie musicale. J’essaie constamment de peaufiner mes approches d’enseignement et d’intervenir le plus judicieusement auprès de mes étudiants.

Faut-il un talent particulier pour être professeur de musique ?

Je ne dirais pas qu’il faut un talent particulier pour devenir un enseignant de musique. Par contre, il faut des connaissances dans plusieurs domaines. D’abord, posséder un solide bagage musical. Un professeur de musique est un musicien avant tout. Ensuite, bien connaître la pédagogie, la didactique, la psychologie de l’enfant et de l’adolescent, ainsi que les neurosciences. L’ensemble de ces savoirs forge un bon professeur. Enfin, il faut toujours continuer à se former, notamment en étant à l’affût des nouvelles découvertes scientifiques et en participant à des congrès, des séminaires et des conférences dans notre domaine.

L’accès à la musique à l’éducation préscolaire au Québec est-il facile ?

Chaque province et chaque pays sont différents. Il est difficile d’établir une tendance. Toutefois, au Québec, la situation est très inquiétante. Le régime pédagogique actuel est loin d’accorder une place importante à l’éveil à la musique dans nos écoles. Pourtant, la recherche démontre clairement que la période entre l’âge de 4 à 6 ans est cruciale pour le développement des habiletés musicales. Il existe d’ailleurs des corrélations significatives avec les habiletés langagières et les fonctions exécutives. À l’éducation préscolaire au Québec, une seule période de spécialité de 30 minutes est offerte aux élèves. Cette période est souvent allouée à l’éducation physique. À mon humble avis, les directions d’école et les enseignants ne sont pas suffisamment informés de ce que peut apporter l’apprentissage de la musique au cours de la petite enfance. Il reste encore beaucoup de travail à faire pour que la musique rayonne à l’éducation préscolaire.

Si vous aviez une chose à changer ?

Que la musique soit offerte par un spécialiste en éducation musicale à l’éducation préscolaire au minimum une heure par semaine. À ce désir, j’ajouterais que la musique soit enseignée en continu de l’éducation préscolaire à la fin du secondaire. 

Si vous aviez un conseil à donner à un jeune qui veut  commencer à enseigner la musique ?

L’enseignement de la musique est un merveilleux métier. Soyez toujours positif et à l’écoute de vos élèves : soyez humain. Entourez-vous de collègues motivés et engagés dans leurs milieux : soyez proactif. Formez-vous et découvrez de nouvelles approches qui feront de vous un meilleur pédagogue : soyez réfléchi.

 

  Vous êtes curieux et souhaitez faire bénéficier les enfants des aspects positifs de la musique ? Mazaam vous propose deux solutions :

Écrivez-nous